[Test] Tomb Raider – PS3

lyricis_tomb_raider_test

Grâce à la Fnac, j’ai acheté une carte 50€ pour le PSN à 38€ seulement, et j’en ai profité pour m’abonner enfin au Playstation Plus, ce magnifique service premium dispo sur Playstation 3, 4 et Vita et qui tous les mois propose 4 ou 5 jeux à télécharger gratuitement. Et mon premier candidat pou en profiter a été le fameux reboot de la série, celui qui au moment de sa sortie a fait couler beaucoup d’encre sur le sexisme dans le jeu vidéo, j’ai nommé Tomb Raider !

Je sais bien qu’il est ressorti il y a peu en édition « ultra-HD-avec-une-Lara-encore-plus-belle », mais je n’ai pas encore de console next gen et le jeu étant gratuit, je ne me suis pas formalisé. Le jeu est déjà techniquement très abouti et il y a de quoi faire avec cette version.

Je tiens aussi à préciser que c’est mon premier épisode la série (oui, vous pouvez me lancer des pierres). On m’avait prêté l’un des premiers jeux sur la Play One à l’époque mais à part enfermer son majordome dans le frigo et noyer Lara dans sa piscine, je n’étais pas allé bien loin… Je me rappelle surtout que je trouvais le jeu extrêmement dur et difficile à contrôler, mais bon on va dire que j’étais jeune et con à l’époque !

C’est parti donc pour le test d’un jeu emblématique de la génération PS3-Xbox360 .

Cet épisode est donc le premier chronologiquement de l’histoire de Lara, la fameuse aventurière à qui aucune tombe de résiste. Dans cet épisode nous la découvrons toute jeune, innocente et pleine d’espoir, partie à l’aventure avec une bande de journalistes pour tourner un reportage. Bien sûr le voyage ne se passe pas comme prévu et le navire échoue sur une île peu hospitalière…

Lara se retrouve seule, isolée de ses compagnons et doit se mettre à utiliser son instinct de survie pour se nourrir, trouver son chemin et écarter les menaces qui vont se dresser sur sa route.

tomb-raider1
La Lara du début, innocente et encore inconsciente de ce dans quoi elle s’est embarquée…

Etant moins même relativement engagé pour la cause des femmes, j’ai eu du mal à comprendre les reproches sexistes qu’on a fait sur ce jeu. Certes il y a beaucoup de plans sur les fesses de Lara, mais en termes psychologiques, je trouve que justement le message fort de ce jeu est (petit spoiler) qu’une femme peut tout aussi bien se défendre seule et sauver ses compagnons (qui n’en mènent souvent pas large face à elle). Je trouve même qu’incarner Lara est une véritable expérience, non pas dans le côté paternaliste « c’est une femme fragile, je veux la sauver ». Pour ma part j’ai vraiment « incarné » Lara, c’est-à-dire une femme certes, mais surtout une jeune adulte, qui n’a jamais vraiment connu l’aventure ni la survie, et qui va devoir apprendre à s’en sortir, à ne compter que sur elle, et surtout à tuer. La première mort est d’ailleurs symptomatique du moment où Lara perd son innocence, où elle prend conscience de ce qu’elle va devoir faire pour retrouver ses amis et s’échapper. Et à la fin du jeu, elle est tellement armée jusqu’aux dents qu’elle en devient une machine de guerre, et c’est d’ailleurs ce qui explique sa soif d’aventures et tous les épisodes de la série qui suivent.

Le jeu est magnifique, on voit que Square-Enix a sorti le budget (et pourquoi à l’époque ils s’étaient plaints que malgré les bons résultats le jeu n’était pas rentable…). Les décors sont dingues, on se pose souvent entre deux moments forts pour pivoter la caméra et regarder le paysage.

Tomb-Raider_11
Le jeu se déroule dans des décors d’inspiration japonaise, qui invitent à l’exploration

Lara est bien sûr magnifique, sa modélisation est superbe et j’ai notamment apprécié le fait que sa tenue et son corps se modifient au fur et à mesure de l’aventure et des dégâts physiques qu’elle subit. C’est vrai que sa queue de cheval part un peu dans tous les sens et les autres personnages n’ont pas le même niveau mais ce sont des détails (qui ont probablement été améliorés dans la superior version). Bref même sur la « old gen » les graphismes sont carrément bluffants.

Pas mal d’explorations, quelques énigmes et surtout des gunfights ! Lara devient très rapidement une vraie guerrière et dispose rapidement d’un arsenal très fourni. Il s’agira alors de bien tirer et multiplier les headshots pour s’en sortir. Dans l’ensemble j’ai trouvé le jeu relativement simple (étant donné ma noobitude en termes de jeux de tir) mais j’ai surtout apprécié le petit côté RPG avec des points d’expérience et des compétences qui se développent au fur et à mesure, pour façonner « sa » Lara.

tomb_raider-screenshot-5
Le piolet sert aussi de tyrolienne improvisée

Mes armes préférées sont son arc et son piolet. Son arc, parce qu’il est multi-usage, vu qu’il lui sert à éliminer ses adversaires discrètement, à enflammer des éléments du décor à distance et à planter des flèches comme un grappin, et le piolet qui lui sert à s’agripper aux parois, à actionner des mécanismes et surtout à se débarrasser des ennemis trop collants !

Les passages les plus tendus sont les moments infiltration, où Lara se prend pour un Solid Snake en devenir, et même si le jeu assiste beaucoup (Lara s’accroupit automatiquement, les ennemis se déplacent assez lentement…), j’ai eu plus de mal à anticiper et à rester discret, gros bourrin que je suis. Ces passages ont le mérite d’apporter un peu de variété et de fun entre 2 gunfights.

Ah oui, les moments les plus funs ? Ceux où tout autour d’elle se détruit et qu’elle prend ses jambes à son cou pour s’enfuir, jouissif ! Apparemment il s’agit d’une marque de fabrique de la série des Uncharted donc je compte bien les faire par la suite pour y trouver d’autres sensations fortes.

Evidemment, le jeu est très très court, comme beaucoup de jeux de ce genre et sur cette gen. En effet il m’a fallu seulement une semaine, donc environ 10 heures de jeu, pour en voir le bout. Heureusement le jeu est tellement bon qu’on ne voit pas le temps passer, et il y a un mode multijoueurs e ligne qui permet de continuer un peu l’aventure (mais qui je trouve n’apporte pas grand-chose), on reste tout de même sur sa faim quand on voit la dernière cinématique… J’imagine que c’est le prix à payer pour autant de fun et des graphismes aussi incroyables, et au moins on n’a pas le temps de se lasser.

tombraider2
Lara est tellement courageuse… Respect !

Un jeu de malade, que je recommande chaudement (peut-être pas à tous vu la quantité de scènes gores…), à faire au moins une fois. Une chose est sûre, même si cet épisode est spécial considérant le reste de la série, j’en suis sorti avec une envie : me faire tous les autres épisodes pour en savoir plus sur cette héroïne si emblématique du jeu vidéo !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s