[Test] Eternal Sonata – PS3

3045-eternal-sonata-background-4000-x-3000-id-362409-1600x1200

Un nouveau J-RPG sur le blog, et l’un de ceux que je voulais faire depuis trèèès longtemps. Ce jeu semblait avoir tout ce que j’aime, à savoir : de nombreux persos au design sympathique, des graphismes ultra-colorés et enchanteurs, et un scénario qui promet. Le jeu fut-il à la hauteur de mes espérances ?

Je me suis fait offrir Eternal Sonata en même temps que ma PS3, à Noël 2012, comme quoi ça remonte ! J’étais un peu déçu avant cela que ce jeu soit une exclu Xbox 360 (que je n’avais pas à l’époque), alors quand j’ai appris qu’il sortait aussi sur PS3 et avec de nombreux ajouts, je n’ai pas hésité : il me FALLAIT ce jeu. Au final j’ai énormément traîné, je l’ai mis de côté et je me le suis enfin fait après avoir enchaîné pas mal de jeux d’action.

Alors évidemment, le premier point marquant du jeu est sa technique. Le jeu est véritablement magnifique, j’ai peu d’exemples en tête de jeux du style aussi voire plus beau. Alors certes les décors sont en fausse 3D (on ne peut pas tourner la caméra) mais cela ne m’a pas dérangé plus que cela, au contraire ça m’a plutôt rappelé les RPG de l’époque PSOne en mille fois plus beau. Que ce soit les villes, les donjons, même les combats, les couleurs pétaradent de partout, il y a des centaines de petits détails, même les NPC sont superbement modélisés et ont tous un certain charisme… J’ai été bluffé comme rarement, chaque nouveau lieu est à tableau à observer minutieusement.

eternal-sonata--20060921000401540
Des décors à couper le souffle

Cet atout est malheureusement contrebalancé par un level-design que j’ai trouvé un peu pourri. Autant les villes sont sympathiques à explorer et il y a quelques petites quêtes annexes sympathiques, mais alors les donjons… J’ai préféré jouer la faciliter en suivant une soluce tellement ils sont inutilement compliqués, avec des leviers à actionner à des kilomètres les uns des autres, des indices obscurs incompréhensibles sans aide, des ennemis à foison qui respawnent constamment… J’ai assez mal vécu certaines zones de jeu, et au moment du jeu où je me suis fait tuer par de pauvres rats après une heure d’exploration méticuleuse, j’ai abandonné et j’ai ouvert Internet (oui je suis une feignasse).

screenlg6
Les combats sont sympa mais bien plus durs que dans la version Xbox…

Un autre problème que j’ai rencontré, et que j’ai apparemment patagé d’après mes recherches sur le web, c’est la difficulté assez absurde du jeu. Alors que tous les tests que j’avais lu se basaient sur la version Xbox, j’attendais de ce titre un jeu détente, apparemment ultra-facile où il suffit de bourriner pour avancer, en gros un moment de relaxation, le genre de jeu auquel on joue avec un Coca dans une main et des chips dans l’autre. Au final, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir à mes dépends que la difficulté de la version PS3 correspond à celle du New Game + de la version Xbox, sans les avantages ! Après être mort 3 fois face au premier boss du jeu, je me suis posé des questions sur mon expérience de gamer… Au final cela force à assimiler toutes les subtilités du gameplay et à gérer ses objets finement pour s’en sortir à un cheveu, et c’est plutôt excitant ! Le problème est qu’à certains moments du jeu on nous « force » à utiliser certains personnages, qui ne sont pas forcément bons en combat, ce qui augmente artificiellement la difficulté et qui force à faire du leveling pour arrêter de s’arracher les cheveux (cf la boss du bateau pirate… j’ai essayé 7 fois avant d’y arriver). Je ne me considère pas comme un hardcore gamer, donc j’accepte de ne pas être très doué mais j’ai quand même souvent ressenti une certaine injustice vu le peu d’expérience donné et l’owerpoweritude des boss. Heureusement plus on avance et plus le jeu devient facile, surtout avec les 2 persos bonus de la version PS3 qui sont juste des monstres, et le boss final est un jeu d’enfant !

10
C’est une grosse épée ça dis donc

Si au début le système de combat ne m’excitait pas vraiment, il évolue au fur et à mesure du jeu jusqu’à proposer des super attaques flashy et efficaces, à utiliser intelligemment pour espérer s’en sortir. Encore une fois la difficulté du jeu a aussi l’avantage de forcer à comprendre toutes les subtilités et on finit par kiffer défourailler des rats et des oignons qui gigotent. On dispose de 3 persos par combat, et chacun peut agir au tour par tour en attaquant et se déplaçant pendant une durée déterminée. De plus selon où se place le personnage, il se trouvera à l’ombre ou à la lumière, ce qui influence les attaques dont il dispose. Les ennemis sont plutôt malins et vous attaqueront par derrière et en groupe, pour encore plus de Game overs… Enfin on a la possibilité d’esquiver les attaques ennemis en appuyant sur un bouton EXACTEMENT au bon moment (alors que sur Xbox il suffit d’appuyer comme un dingue), ce qui donne au final un système de combat très dynamique, mais plutôt exigeant. Chaque victoire est un petit bonheur !

eternal sonata battle
Même les combats sont magnifiques

Mais les deux points forts du jeu, largement mis en avant dans sa com et par les tests (encore que les avis divergent), ce sont pour moi sa musique et son scénario. L’histoire est basé sur un rêve que Chopin, le célèbre compositeur de musique classique, aurait fait juste avant sa mort. J’avais fait attention à ne pas du tout me spoiler l’histoire avant d’y jouer, et même si on se retrouve au final avec une aventure très Shonen-l’élu qui va sauver le monde, on y trouve quelques twists et réflexions sympathiques, pour un résultat qui m’a semblé vraiment sympathique, surtout que le jeu se fait souvent démonter à ce sujet. Pour moi, le scénario d’Eternal Sonata est l’un des plus audacieux et originaux que j’ai pu voir depuis quelques années dans un RPG. Je reprocherai juste au jeu de ne pas être très clair dans son épilogue, car il m’a fallu encore une fois fouiller sur Internet pour trouver la traduction d’une interview de l’équipe de développement pour saisir des aspects qui m’avaient échappé et qui font tout le sel de cette aventure.

es_city
Juste wouahou

Par contre j’avoue que le fait que ce soit Chopin plutôt qu’un personnage inventé ne change pas grand-chose, car même si le jeu propose des séquences cinématiques qui racontent des aspects de la vie du vrai Chopin, la véritable histoire du jeu en est plutôt éloignée (ou le rapport ne m’est pas encore apparu) et peu de ses musiques sont exploitées, dommage. Les musiques justement, sont vraiment classes et variées, encore une fois elles font partie des plus belles que j’ai entendu depuis plusieurs années dans un RPG. Je pense notamment aux musiques des combats, toutes épiques et qui atténue la répétitivité des rencontres aléatoires, mais aussi celles des villages et des cinématiques. Elles contribuent à l’ambiance déjà géniale fournie par les graphismes et on a vraiment l’impression de faire un rêve éveillé (sous LSD parfois^^). Un dernier mot sur les voix : j’ai bien sûr joué avec les voix japonaises et ce fut un vrai bonheur, avec pas mal de doubleurs issus du monde de l’animation (Polka, l’héroïne du jeu, a la même doubleuse que Suzumiya Haruhi ^^). Dommage que certains personnages aient changé de nom, j’avoue ne pas trop comprendre pourquoi… Les voix US, du peu que je les ai entendu, m’ont semblé ultra clichés et assez insupportable, après le jeu propose les deux donc tout le monde est content !

eternal-sonata_1230919472
Parmi les quêtes annexes, des costumes alternatifs sont à débloquer mais il y en a trop peu…

Au final, je recommande ce jeu à tous les amateurs de J-RPG, qui n’ont pas peur du leveling ou des game overs, et qui sauront apprécier une histoire sensible et touchante en cherchant à vraiment comprendre ce que les auteurs ont voulu raconter. Je me pencherai peut-être sur le New Game + un de ces jours, vu qu’il propose pas mal de contenu supplémentaire, et j’écrirai peut-être un article sur les interprétations du scénario et de sa fin assez peu claire pour le joueur lambda. Bon jeu !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s