[Test] Puppeteer – PS3

Puppeteer

Téléchargé gratuitement grâce au programme PS Plus du mois de Mai, c’était une aubaine pour moi vu que Puppeteer est typiquement le genre de jeux que j’ai envie de faire mais que j’ai la flemme d’acheter. Voyons ce que donne ce petit jeu plutôt passé inaperçu à sa sortie.

Puppeteer se déroule dans un univers très original, qui imite une pièce de théâtre avec ses décors en cartons et en rouages, ses marionnettes et son public qui réagit en direct à ce qu’il se passe (j’adore les wow quand le joueur fait une action stylée par exemple). Le jeu est en 2D et s’en sort très bien graphiquement, avec des décors très élaborés, sur plusieurs plans et qui changent tout le temps avec un dynamisme et une physique assez impressionnants. J’ai été assez soufflé par la variété des décors, des ambiances et surtout l’originalité et l’audace du concept, qui va pousser le vice jusqu’à partager plein d’œuvres connues (pas de spoiler, je vous laisse découvrir mais c’est assez évident à comprendre). Un gros point fort pour la direction artistique du jeu, donc !

Puppeteer-preview-3
Tout est dangereux dans ce jeu

L’histoire est plutôt basique, clichée même mais je l’ai plutôt considérée comme une parodie du jeu d’aventure classique, avec son niveau de glace, son niveau dans le désert… Le jeu ne se prend pas au sérieux et n’hésite pas à glisser du second degré avec des répliques cinglantes, énoncées dans un doublage français franchement parfait. C’est tellement rare que ça mérite d’être dit ! Le héros, Kutaro, est un garçon qui s’est fait voler son âme par le bad guy de l’histoire, et il va partir en quête des fragments de la Pierre de lune, source du pouvoir du méchant, armé de différentes têtes aux pouvoirs assez inutiles et surtout d’une paire de ciseaux magiques. Cette arme permettra au héros de découper les décors pour avancer, survoler les dangers et attaquer ses ennemis. On débloque au fur et à mesure d’autres pouvoirs qui donnent lieu à des petits puzzles pas bien compliqués. Le côté du gameplay que j’ai le plus apprécié est quand même l’exploration des décors à coups de découpages et de taillades, c’est franchement jouissif et les (nombreux) combats contre les boss sont limite du niveau d’un God of War en terme de démesure et d’adrénaline. Un vrai bonheur !

1373708773
Des courses-poursuites permettent de varier les plaisirs

Le point le plus décrié dans les critiques, c’est bien évidemment la durée de vie. Et c’est vrai que le jeu est court (fini en une semaine pour ma part, ça doit faire environ 10-12H de jeu). Mais honnêtement, plus long et le jeu m’aurait lassé, à moins de proposer plus de pouvoirs, car une fois au dernier acte on commence à avoir vu toutes les mécaniques de jeu et le tout est quand même très facile (mourir est très peu pénalisant). J’ai en fait pris le jeu comme un tour dans une attraction, ça va très vite mais on kiffe du début à la fin. Après, y retourner de suite après… Je suis quand même content de ne pas avoir acheté le jeu car je pense que je ne le referai pas de sitôt, je n’ai pas la motivation pour me retaper les niveaux afin de trouver toutes les têtes… Je l’ai immédiatement effacé de mon disque dur surchargé pour passer à autre chose. Mais sans aucun regret, car j’ai passé 10 heures haletantes et jouissives aux côtés de Kutaro, et je vous recommande chaudement de faire de même !

Puppeteer-preview-1
Un conte épique !
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s