[Test] Persona 3 FES – PS2

p3fes

Reprise de mon blog après une looongue pause, après de nombreuses péripéties perso (premier job, déménagement…), mais bien sûr j’ai continué à jouer en parallèle ! Pour célébrer ça je vous propose un nouveau test :)

J’ai enfin terminé Persona 3 FES ! Je me devais de jouer à ce jeu, régulièrement présent dans les tops des meilleurs J-RPG, même s’il commence à vieillir et à être souvent éclipsé par l’épisode suivant et sa réédition sur Vita. Mais le 3 a tout de même marqué un tournant dans la saga, qui est passé d’un dungeon-RPG assez punitif et austère à un RPG un poil plus classique et surtout plus accessible. Et surtout c’est à ma connaissance le premier Persona à être sorti en Europe, ça se fête !

Persona-3-Yukari-Protagonist-Cutscene

Les Persona ont tous comme point commun de se dérouler dans une ambiance « lycée japonais », avec tout ce que ça implique comme clichés de l’animation jap, ses uniformes, ses clubs, ses amourettes… Mais la série, qui s’inscrit dans la très large saga des Shin Megami Tensei, a aussi comme particularité d’être relativement hardcore et complexe, traitant de thèmes matures et assez loin de ce qui se fait habituellement dans des RPG plus classiques. Et Persona 3 ne déçoit assurément pas, en nous proposant une galerie de personnages tous très attachants et plutôt crédibles, avec leurs vrais questionnements et luttes intérieurs qui sont vraiment bien retranscrits, que ce soit dans les cutscenes ou même jusque dans le gameplay.

persona-3-fes-screens-20080226103057321_640w

Persona 3 FES est une sorte de version « director’s cut » qui rajoute pas mal de contenu exclusif et une partie additionnelle (« The Answer ») qui vient s’ajouter à la suite de l’aventure principale déjà très complète (« The Journey »). Je n’ai pour l’instant terminé que The Journey (qui m’a déjà pris 80 heures !) donc je ne vais parler que de celle-ci dans ce test. D’ailleurs, je l’ai terminé en Easy, ayant lu partout que le jeu était assez dur et punitif et surtout très long… On peut dire que je n’ai pas été déçu !

Persona 3 nous propose d’accompagner un lycéen muet que nous allons incarner durant toute une année scolaire, au rythme d’un calendrier précis avec ses contraintes et ses temps libres. Il va nous falloir jongler entre les cours, les révisions et les divers clubs et activités annexes d’un lycéen japonais « normal ». Cela signifie beaucoup de textes et de cutscenes où l’on aura parfois à choisir des réponses lors des dialogues, qui impacteront plus ou moins nos relations avec les personnages qui nous entourent. Cela a nous seulement pour but de rendre l’univers crédible et immersif, avec des NPC ou membres de l’équipe ayant tous un vrai background et une « quête » personnelle que l’on va aider à mener à bien, mais aussi à améliorer nos compétences en combat. Un vrai parti pris qui encourage énormément à creuser cette partie du jeu et qui devient rapidement très addictive.

téléchargement
Beaucoup de temps passé à suivre la vie d’un étudiant japonais classique. A priori ennuyeux, mais en fait plutôt prenant et immersif !

Les combats, eux composent la seconde partie du jeu. En effet, notre héros réalise rapidement que les choses ne tournent pas rond dans le lycée où il a été transféré, étant donné que tous les jours à minuit le temps semble « s’arrêter », les humains normaux sont enfermés dans des cercueils et des monstres apparaissent pour les absorber et les transformer en sortes de zombies. Le dortoir dans lequel il s’est installé accueille en réalité une équipe de défense spéciale (constituée uniquement de lycéens, normal), dont les membres possèdent tous le « potentiel », c’est-à-dire le pouvoir de faire appel aux Persona, ces êtres mystiques qui sont le reflet de leur psyché / moi intérieur. Plot très WTF mais une fois dedans, on y croit et on a envie d’en découdre pour percer à jour toute cette histoire. Heureusement le cast est très attachant et suffisamment varié pour prendre du plaisir à avancer, tout en jonglant avec la partie école en organisant son planning le mieux possible.

Persona3_battlescreen
Les combats, au tour-par-tour classique et super efficace, un régal

A minuit donc, l’école de la team se transforme en un gigantesque tour constituée d’étages générés aléatoirement, que l’on doit gravir un à un en butant des monstres. C’est donc là que les combats entrent en jeu. Basé sur du tour par tour ultra classique, la subtilité vient du système habituel des Shin Megami Tensei concernant les forces et faiblesses des personnages. Taper un monstre sur sa faiblesse fait gagner un tour et le met au sol, l’immobilisant jusqu’au prochain tour. Lorsque tous les monstres ennemis sont au sol, on a droit à une « super attaque » qui généralement fait très mal. Et ça ne sera pas de trop car les ennemis deviennent rapidement très malins, couvrent leurs faiblesses avec des skills, ou se lancent des magies protectrices, si bien qu’à partir d’un moment il devient très risqué de « zapper » les combats en rushant et en tapant normalement. Même en Easy le jeu peut vite tourner au cauchemar si on ne fait pas un minimum gaffe aux ennemis qu’on doit affronter. Autre grand classique qui fait la difficulté de la série, les fameuses attaques « mort instantanée » qui marchent très souvent, d’autant plus que la mort du héros provoque un game over immédiat et un retour à la dernière sauvegarde… Quand on a monté 10 étages sans sauvegarder et qu’on meurt d’un coup face à un ennemi de base, difficile de ne pas rager ! Heureusement, le mode Easy fournit 10 « jokers » à utiliser pour ressusciter instantanément mais on aura mieux fait d’utiliser des Persona qui permettent de couvrir ce type d’attaques.

p3fes2
Les Persona sont toutes classes et deviennent de plus en plus utiles (et classes)

Et justement, c’est là que les Social Links, ces fameuses interactions avec les personnages de la partie école, rentrent en jeu et dévoilent leur potentiel. En effet, le héros est le seul personnage jouable capable de s’équiper de plusieurs Persona (les autres membres de l’équipe n’en ont qu’une) et il va falloir jongler avec un panel varié pour couvrir un maximum d’éléments et se protéger au mieux. On obtient ainsi un jeu dans le jeu à la Pokémon où l’on est vite tenté de remplir son « pokédex » de Persona, pour créer l’équipe la plus équilibrée et tout défoncer lors des combats. On obtient des Persona principalement à la fin des combats, mais pour les améliorer il vaut bien mieux passer par la fusion. Au fur et à mesure de l’aventure, on débloque différentes techniques de fusion (2, 3 voire plus) afin de créer de toutes nouvelles Persona, qui vont hériter des skills des éléments de la fusion. Là où ça devient encore plus intéressant, c’est que les Social Links apportent des points d’expérience supplémentaires voire débloquent de nouvelles Persona surpuissantes, ce qui facilite grandement l’avancée. Les deux parties sont donc intrinsèquement liés et il devient jouissif d’avancer dans les Social Links pour débloquer les Persona les plus stylées et overcheatées. Le tout nous donne un système hyper addictif et complet qui, accompagné par le rythme incessant du calendrier quotidien, nous plonge dans une spirale dont il est difficile de sortir. On rajoute le scénario qui décolle vraiment vers les derniers mois du jeu, avec les conclusions satisfaisantes de tous les arcs narratifs (dont la fin des Social Links qu’on arrivera à maxer, la plupart du temps très émouvant) et on obtient un jeu incroyable, dont on ne sort pas indemne. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi accro à un jeu, j’ai eu du mal à arrêter d’y penser et d’y jouer même après l’avoir fini !

sQJaErp
Le chara design envoie du lourd, surtout pour les ennemis, particulièrement tordus

Si vous êtes fans de RPG japonais, d’ambiance lycée et/ou que vous aimez en avoir pour votre argent, je ne peux que vous conseiller de tenter l’expérience. Il faudra s’accrocher, car le jeu est demandant en temps et en investissement personnel, mais le plaisir éprouvé à aider tous les personnages dans leurs quêtes personnelles, à compléter le compendium avec des Persona toutes stylées et toutes utiles, et à suivre le dénouement de cette aventure finalement épique, vaut bien le coup. J’attendrais un peu avant d’attaquer The Answer, réputé pour être encore plus dur et surtout plus orienté Dungeon-RPG que The Journey, mais j’ai déjà hâte de m’y mettre. Ensuite ce sera Persona 4 en attendant la sortie du 5 sur PS4 cette année !

Publicités

3 commentaires sur “[Test] Persona 3 FES – PS2

  1. FIRST !!!!

    Un test très bien écrit.
    Je suis à 50 heures de jeu, et je me régale.
    Avec tes explications j’ai pu mieux comprendre l’importance des « socials Links ». Parce que moi et l’anglais ça fait deux.
    Puis la langue, ce n’est vraiment pas la chose handicapant. Après avoir fait ton premier combat, tu saisis tout de suite le mécanisme à la Façon de jouer.

    Bonne continuation. :-)

  2. Perso, je vais me prendre Persona 5 en édition collector. Pour le moment, je m’amuse avec des jeux flash sympas sur http://www.prizee.com/ . Je peux dire que le collector a l’air super beau ! Il y a un sac et même une peluche porte-clés trop mignonne. J’espère vraiment qu’il est bien comme dans les photos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s