Votre serviteur

Bienvenue à tous !

Si vous êtes ici, c’est que vous voulez en savoir plus sur moi, alors voilà :

Je suis un jeune gamer de 24 ans, j’ai commencé à jouer… depuis ma toute jeunesse ! J’ai de vagues souvenirs sur la SNES de ma sœur lorsque j’étais tout petit, je prenais la manette sur Mario Bros quand elle en avait marre de perdre et j’arrivais fièrement au niveau 2 avant de tomber dans un satané trou ou de me faire bouffer par une plante carnivore… Mais c’est lorsque j’ai eu ma première Game Boy que j’ai vraiment commencé à développer ce qui est aujourd’hui ma passion. Je me rappelle de mes 2 premiers jeux : Astérix et les Schtroumpfs (oui j’étais jeune). Des jeux super durs et punitifs mais que j’ai quand même réussi à terminer tous les 2 !

Un moment marquant fut lorsque j’ai enfin inséré la cartouche de Pokémon Bleu dans ma petite Game Boy… J’avais collectionné tous les magasines qui en parlaient à l’époque avant qu’il ne sorte et je savais que ce jeu était fait pour moi : toutes ces créatures mignonnes et stylés, un univers manga que je n’avais jamais côtoyé avant et ces combats stratégiques basés sur les éléments… J’ai attendu et attendu, j’ai gonflé mes parents et mes potes à l’école primaire, et j’ai économisé et négocié pour pouvoir l’acheter et j’ai enfin pu y jouer après (sublime torture) être resté sagement à table et finit mon repas. Dès que j’ai pu commencer ma partie (Bulbizarre <3) j’y ai joué jusqu’à l’épuisement. Le fait que ce soit sur une console portable m’a permis d’esquiver la vigilance de mes parents et j’y jouais jusque tard la nuit, discrètement éclairé par ma lampe de chevet (merci les écrans non rétro éclairés de l’époque…)… J’ai bien dû enchaîner une centaine d’heures avant de connement supprimer ma sauvegarde pour échanger un starter avec un pote et me retrouver avec une sauvegarde contenant un Chenipan et un Roucool… Après cet épisode je suis devenu le connard qui jurait aux autres que ça ne faisait rien de recommencer une partie pour les convaincre de m’échanger leur Salamèche… Mouahaha !

Mon autre gros souvenir, est bien évidemment celui de mon premier RPG, celui qui a démarré ma fascination pour ces oeuvres scénaristiques qui sont pour moi bien plus que de simples « jeux ». Et l’heureux chanceux fut Final Fantasy 8, et oui pas le 7 que j’ai fait bien plus tard ! Il était offert par l’entreprise de ma mère parmi un catalogue de jouets tous plus pourris les uns que les autres, et j’en avais entendu parler dans un magasine à l’époque (en bien), je me suis donc dit que j’allais tenter l’expérience, sans rien savoir du tout sur le principe du jeu, son histoire, sa complexité. Et dès lors que j’ai assisté à la cinématique d’ouverture, j’ai su que j’avais de l’or entre mes mains… J’y ai aussi passé plus d’une centaine d’heures (à tel point que le compteur in-game repasse à 0 si je me souviens bien !) pour maximiser mes persos et battre cette putain d’Arme Oméga (aussi appelé Minotaure d’après Google?), très facilement avec la bonne stratégie. Quelle aventure ! Je découvrais que les jeux vidéo pouvaient provoquer des émotions, nous faire suivre une véritable aventure aux côtés de persos qui évoluent et interagissent, pour notre plus grand bonheur.

Mais le RPG qui m’a le plus marqué, que j’ai refait plusieurs fois et qui garde une vraie place dans mon coeur, c’est Tales of Symphonia sur Gamecube. Comme beaucoup, je n’ai entendu parler de ce jeu que dans le CD promotionnel de Nintendo récupéré dans un Micromania complètement par hasard. En fouillant dans les trailers de jeux à venir (et aux côtés de la sublime intro du moins bon Final Fantasy Crystal Chronicles), j’assiste à cette magnifique intro toute en manga, avec la musique aujourd’hui culte Starry Heavens, chantée en japonais, et je me dis de suite « il me faut ce jeu dès qu’il sort », sans même savoir à quoi ressemblera le jeu au final !

Après des mois d’attente, et après avoir suivi toutes les news accompagnant la sortie du jeu en Occident (pas d’Internet à l’époque donc pas moyen pour moi de regarder des trailers et screenshots en japonais), je me suis rendu, tout fébrile, au même Micromania acheter enfin mon jeu tant attendu. Même scénario, j’y ai enchaîné les heures pour le finir à 100%, obtenir tous les costumes possibles et voir toutes les scènes. C’est le jeu qui m’aura le plus ému, fait vibrer et ressentir l’humanité dans quelques pixels. Même si aujourd’hui il est considéré comme un des meilleurs mais pas LE meilleur des Tales of, il est pour moi celui qui m’a non seulement converti à la saga des Tales of (désormais ma préférée), mais aussi qui m’a poussé à apprendre le japonais pour jouer à tous ces jeux incroyables qui ne sont maheureusement jamais sortis en Occident.

J’espère que vous apprécierez mes récits plein d’émotion sur tous les jeux auxquels j’ai eu la chance de jouer et que vous partagez avec moi cette passion qui nous rassemble tous autour de ces merveilleuses histoires. Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s